Historique

Historique de notre spécificité
La fonction « d’Interprète Juré » remonte à la marine en bois. Comme rappelée en page d’accueil elle fut précisée au 17ème siècle(ordonnance royale août 1681).Toutefois l’année zéro de notre « spécificité » d’officiers dans la marine militaire date de décembre 1890, où « les interprètes nécessaires au service des bâtiments armés en temps de guerre furent commissionnés en qualité d’Aide-Commissaire-Auxiliaires » . Le décret ,signé Carnot, précisait qu’ils devaient être traités, en temps de paix, comme officiers de réserve. 
Depuis notre statut a évolué au fur et à mesure des besoins de la marine et des forces armées. Les deux conflits mondiaux ont montré les capacités d’adaptation de nos anciens; on peut mesurer celles-ci dans les témoignages numérisés dans la rubrique « Archives » de ce site. En 1918 le nombre des commissaires auxiliaires interprètes dépassaient 200. 
1925 vit la création du corps des officiers interprètes. Le décret du 6 décembre 1927 créait les ORIC (Officiers de réserves interprètes et du chiffre) recrutés sur concours dès 1928. Au début de la guerre, les OASSEM (officiers adjoints secrétaires d’état-major) créés en janvier 1940 et recrutés sur titre à haut niveau pour la durée du conflit,  furent, à la Libération, intégrés dans les ORIC dont beaucoup ont été cités et décorés tel le CF Philippe Kieffer qui créa et commanda les Fusiliers-Commandos qui débarquèrent le 6 juin 1944. 
Les décrets de 1950 et 1957 permirent un recrutement minoritaire sur titre mais la grande majorité sera recrutée sur concours. les ORIC furent affectés à des  tâches très diverses (y compris en outre-mer) avec, dans les années 60, un effectif d’environ  850 officiers de réserve à la disposition de la marine. 
Enfin la DPMM et l’amiral inspecteur des réserves font intégrer les ORIC dans le corps des officiers de marine en créant la branche « Interprétariat-Transmission ». Le décret est signé Charles de Gaulle à bord du Colbert le 23 Juillet 1967. 
Aujourd’hui, après la suspension du service national, la relève est assurée par des OSC et VOA recrutés sur titre à qui sont confiés le mêmes missions de relations internationales, linguistiques, et communication.  
Ce résumé de l’historique est extrait de l’excellent travail de compilation du CV Robert Barthel, président de l’INTRA-MARINE de 1981 à1994.

En 2014 l’amicale a fêté ses 120 ans avec https://www.colsbleus.fr/articles/3229 une nombreuse assistance :

Vue de l’assistance. Au 1er rang: Didier Pineau-Valencienne (INTRA 54), président d’honneur de Schneider Electric, Me Jean-Yves Le Borgne (INTRA 72), vice bâtonnier du barreau de Paris, Thierry de la Tour d’Artaise (INTRA 77), PDG du groupe SEB, et Yves de Kerdrel (INTRA 85), DG du groupe Valmonde.